Guy Delhommeau, premier Président

Nouvelle Interview... Guy Delhommeau, premier président du SHBC

Vous avez pu le croiser dans les tribunes de la salle du bourg le dimanche après midi car il est toujours resté supporter du SHBC et il sera, bien sur, présent le 18 Juin 2016 pour fêter les 20 ans du club.

               Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 68 ans et je suis marié depuis bien longtemps avec Jacqueline. J’ai 2 filles, Alice et Sandrah qui a joué au SHBC en Minimes Région et Cadettes. On a maintenant 7 petits enfants, cela fait une belle petite famille.


     Quel a été ton parcours sportif dans le basket ?

Je suis tombé tout petit là dedans à l’Espoir de Chantenay qui est un club qui a disparu depuis. J’ai appris les fondamentaux du basket, on appelait pas cela Ecole de basket à l’époque mais cela y ressemblait fortement et j’ai joué dans toutes les catégories jeunes.


Je me suis rapidement orienté vers l’arbitrage. A 17 ans, j’ai obtenu mon diplôme d’arbitre Région. J’ai poursuivi dans cette voie là tout en continuant de jouer le dimanche matin avec mes copains. Mon premier match en tant qu’arbitre Région fut Montrevault contre Challans. J’ai eu la chance de côtoyer des arbitres internationaux comme René David.


Si je veux donner un point culminant dans cette carrière, j’ai été amené, alors que j’étais très jeune, à arbitrer un match qui est de la Pro A actuelle mais cela s’appelait Nationale I à l’époque. C’était un match amical entre l’ABC Nantes, prédécesseur du NBC (Nantes basket club) et Vichy où j’ai pu arbitrer des joueurs comme Michel Le Ray, Raphaël Ruiz ou Jubien. C’est le souvenir particulier de cette carrière.


Dans la saison 1971-1972, j’ai été « recruté » bénévolement par 3 dirigeants (Michel Audrain, Léon Guillou et Gilles Pinet, président de l’époque) de l’UF Saint-Herblain basket puisque mon club avait disparu. Ils m’ont demandé de venir en tant qu’arbitre Région. Je crois, sans prétention, avoir été le premier arbitre Région de l’UF. J’ai joué encore un peu en équipe 2 pour garder la forme avec Dédé Chauvet, Rémi Turpin, Joël David et Daniel Thomas.


Après plusieurs blessures, j’ai arrêté ma carrière d’arbitre et j’ai évolué vers la qualité de dirigeant. Dans les années 1983-1984, j’ai été Vice-Président de l’UF. Puis, j’ai pris un peu de recul pour des raisons professionnelles. Je suis revenu, à la demande du Président de l’époque, dans le comité directeur dans les années 1991-1992 où j’ai été à nouveau Vice-Président de l’UF.

 

Comment est né le SHBC ? Comment s’est passée la transition entre l’UF et le SHBC ?

Au moment où il y a eu des problèmes majeurs à l’UF, j’étais Vice-Président. Le président ne pouvant pas prendre en charge cette chose là, pour diverses raisons, j’ai donc été chargé de la liquidation de l’UFSH Basket, notamment vis-à-vis des joueurs semi-professionnelsC’était une liquidation donc tous les biens de l’UFSH basket ont été vendus. 


Ensuite, avec 7 personnes, Françoise ADRIEN,  Serge BOHEAS, Léon GUILLOU, Bruno GUILLOU, Patrick MARSOLLIER, Bernard ROBERT et Jean-François ROBERT, et moi-même, on s’est dit que de toute façon, le basket ne pouvait pas disparaître du Bourg de Saint-Herblain. On a pris les choses en main pour recréer un club, c’était pendant les vacances d’hiver de 1996. On a eu une quinzaine de jours pour remettre les choses en place.  Il a fallu tout refaire car nous n'avions même pas de jus d'orange à offrir aux jeunes pour les premiers matchs.


A l’époque, il y avait quand même plus de 350 licenciés. Il fallait leur donner la possibilité de continuer à pratiquer leur sport. Il ne faut pas oublier, non plus, qu’il y avait eu beaucoup de travail au niveau de la formation des jeunes.


Notre soucis majeur était de ne pas repartir en championnat départemental puisque que, le SHBC, étant un club nouveau, aurait dû repartir au bas de l’échelle. Nous voulions garder notre aspiration vers le haut pour les jeunes. Nous nous sommes battus, notamment avec le président de la Ligue et du comité départemental de l'époque, pour obtenir le transfert des droits sportifs de l’UF et de permettre à nos équipes seniors masculines (l’équipe 1 était en Nationale II avant la liquidation de l’UF) et féminines de continuer à évoluer en Région. On l’a obtenu par dérogation. On a réussi à repartir avec la structure qui existait déjà, notamment avec Philippe Jarret, en R1 pour l’équipe senior masculine et remonter en Nationale III.

Puis, à la fin de la saison, nous avions décidé de démissionner afin que les gens puissent voter pour le nouveau comité directeur. J’ai été réélu Président jusqu’en 2001. Puis, j’ai pris un peu de recul pour des raisons professionnelles et familiales.

Je suis resté, quand même, supporter du club.

 

Quelle est la personne, pour toi, qui a le plus marqué le club ?

Je dirai que Léon Guillou a une longévité absolument extraordinaire et une motivation à l’égard de ce club qui n’a pas du tout changé par rapport à la motivation qu’il avait à l’UFSH basket. Pour moi, c’est un des éléments majeurs du SHBC. C’est l’histoire, la connaissance et le symbole du club.

Je dirai que tous ceux qui ont participé à un moment ou un autre, bénévoles, entraîneurs, rémunérés ou pas, ont apporté quelque chose au club.



Merci beaucoup d'avoir pris de ton temps pour nous raconter tout cela.


création de site internet avec : www.quomodo.com